NEWSLETTER

Nul droit, nulle part

Journal de Breslau, 1933-1941

Willy Cohn

Acheter votre format
Commander selon votre format
Papier26,90 €Numérique18,99 €
Un témoignage unique de la vie quotidienne d'une famille juive entre l'accession de Hitler au pouvoir et la guerre
Historien, Willy Cohn est l’une des figures intellectuelles majeures de la Breslau juive de l’entre-deux-guerres. Préoccupé par le cours des choses dès l’avènement de Hitler, Willy Cohn se fait pour sa descendance, comme pour la postérité au sens large, le chroniqueur du destin des Juifs et du judaïsme avant ce qu’il pressent devoir être la fin d’un monde, le sien et celui des siens.
Il consacre donc toutes ses forces, jusqu’aux dernières heures avant sa déportation, à écrire et fait en sorte de remettre en lieu sûr un témoignage qui s’avère exceptionnel. Il le fait en historien, qui enregistre les restrictions des droits, les spoliations, les privations  ; en Juif allemand, qui tient désespérément à l’Allemagne pour laquelle il a combattu durant la Première guerre mondiale  ; en homme pieux qui croit à la force de l’histoire juive, il fait part des contradictions qui le minent, de ses hésitations sur la conduite à tenir  : fuir ou non, que faire en Palestine  ? Il n’eut pas le temps ni les moyens de partir et fut assassiné avec sa seconde femme et leurs deux fillettes à Kaunas en Lituanie, tandis que sa première femme fut gazée à Auschwitz.
 
Avec cette version abrégée, le Journal de Breslau ici présenté nous livre un document précieux, que la presse allemande a comparé au témoignage de Victor Klemperer, et qui a eu un retentissement immense à sa parution. Il nous fait prendre exemplairement la mesure de ce que fut la destruction programmée des Juifs en Europe sous le nazisme.
 
Né en 1888 à Breslau, alors ville du Reich, (aujourd’hui Wroclaw en Pologne), Willy Cohn enseigne l’histoire au lycée et se consacre à des recherches sur l’histoire de la Sicile à l’époque normande. Ses ouvrages font aujourd’hui encore référence. Politiquement engagé, il écrit notamment des biographies sur Marx, Engels, Lassalle, et rédige des articles sur l’histoire juive. Il a également laissé des Mémoires.
 
Traduit de l’allemand par Tilman Chazal